Header image alt text

allezhopsante.com

Prendre ma santé en main

Conseils

Pour débuter, voici trois conseils de base tout simples et qui vont vous aider à bien commencer votre élan vers la guérison.

En premier lieu, prenez un temps d’arrêt, et essayez de changer ou améliorer votre façon de faire naitre vos pensées, c’est la première action à enclencher sur le mécanisme d’influence naturel qui nous relie à la vie.
Si vous voulez vous réaliser, il est indispensable d’entretenir des pensées constructives entremêlées d’optimisme, pour aller de l’avant il faut cesser de dire, «je n’ai pas envie de», «je désire», «je souhaite», il faudrait que «j’ai envie» ou «je ne veux pas».

Tout ceci n’est pas assez ferme, par exemple ne dites pas: «je ne veux plus souffrir»… mais plutôt: «je veux être bien!» Cessez de vous dire: «je ne veux pas mourir»… mais plutôt: «je veux vivre!»
Évitez de répéter: «je souhaite guérir»… mais plutôt: «je veux guérir!»

Lorsqu’on veut se priver d’une chose ou autres, on s’oblige de s’en départir. Nous nous retrouvons ainsi attaché, réunie par un lien que nous ressentons combattre tant et aussi longtemps que l’envie de vivre existe. Tout le temps que nous passerons à lutter contre ce qu’on veut se détacher, nous lui donnerons de l’emprise sur nous. Ce n’est lorsque nous nous permettons d’éveiller notre conscience et que nous y reconnaissons le bon sens, que nous parvenons à reconnaître la véritable valeur de cette privation, ce qui enfin nous permettra de vivre léger. De cette façon, notre but ou les objectifs ne s’imposeront plus comme un sacrifice, notre volonté deviendra libre de tout combat et l’ensemble de nos vœux nous rejoindra de façon toute naturelle.

C’est comparable à lorsqu’on cuisine. Si nous coupons un aliment à l’aide d’un couteau et qu’on se blesse, on met un pansement puis on continue, et si on continue en ne souhaitant  plus se couper il y fort à parier qu’on se coupera à nouveau. Pour aspirer à notre volonté nous nous devrons d’apporter des correctifs significatifs, donc agir différemment, nous prendrons un couteau plus approprié, placerons nos doigts autrement, un couteau plus affuté sera souvent plus sécuritaire, une meilleure position de l’aliment…Plusieurs portes peuvent s’ouvrir à notre volonté, ce qui nous permet d’entrevoir les solutions qui s’offrent à nous, il ne s’agit que de vouloir s’interroger, d’examiner, d’analyser et de s’y laisser aller pour atteindre nos aspirations.  

Lorsque la notion de vouloir acquérir ce qu’on désire est chargée positivement et est exprimée avec une intention mieux définie et ferme, cela contribue avec le temps à stimuler le corps en entier, car il est maintenant reconnu que les pensées de notre cerveau communiquent d’une façon qui n’est pas encore bien expliquée avec l’ensemble des cellules de notre organisme et que celles-ci sont réceptives. Et s’il se trouve une solution au problème, et croyez moi des solutions il y en existe beaucoup, il y a un effet de guérison naturel qui participera avec vos autres approches combinées. S’il vous plaît, ne me faites pas subir l’indignation en me disant que c’est la seule approche que vous voulez utiliser, merci.

Si vous n’allez pas vers ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais. “Dites adieu au passé“

En second lieu, évitez si possible d’avoir des rencontres avec des personnes (professionnelles ou non) qui se disent d’être bien certaines de savoir ce qu’il vous faut, ou encore avec d’autres qui vous diront d’accepter votre situation telle qu’elle est et d’en profiter au mieux tandis que vous le pouvez encore. Ne confondez pas ce qu’est la résignation qui vous laissera inactif, passif, avec l’acceptation, qui pour sa part pourra stimuler en vous une véritable stratégie face au problème. Ne recherchez pas des personnes qui règleront tous vos problèmes mais plus-tôt celles qui ne vous laisseront les affrontés seul, entrepris ainsi, il en résultera un nouvel état d’être qui prendra naissance en vous et qui vous permettra de découvrir les meilleures façons pour vous aider et ainsi de vous y adapter, jusqu’à vous en soyez en accord avec votre situation.

Avant toute chose, imprégnez en vous d’une substance indélébile qui est cette phrase suivante: NE JAMAIS SE RÉSIGNER. Parce qu’il y a toujours quelque chose à faire, que même l’eau la plus douce peut venir à faire ce qu’elle veut de la pierre la plus dure.

Des personnes qui vous entourent et le plus souvent empathiques, sont la plupart du temps mauvaises conseillères à votre rétablissement souhaité, tout d’abord elles n’ont possiblement pas les même critères que vous en ce qui concerne la qualité de vie, ensuite elles ne réalisent pas ou n’ont jamais eu à connaître ce qu’est que de devoir  vivre au quotidien avec des gros symptômes qui amoindrissent votre qualité et votre espérance de vie. Impuissantes face à la lourdeur de vos problèmes, elles ne vous veulent que du bien, parce qu’elles semblent vous connaître, elles vous invite tout de même à comprendre que vous pourriez peut-être bien vivre si vous vous résigniez devant votre situation et de la vivre telle qu’elle est habituellement.

Ces gens qui expriment leur désir de vous voir en meilleure condition, le font à partir de leur vécu de leur apprentissage et d’expériences personnelles, mais n’ont peu de chance de vraiment vous aider, malgré leur compétences et toutes leurs connaissances, comme cela l’est pour tout le monde, elles ont souvent aussi un vide de connaissances qui fait obstruction à entrevoir d’autres possibilités, elles essaient de vous transmette ce qu’elles feraient si elles se retrouvaient dans votre situation. Même si elles sont bien intentionnées, les gens utilisent fréquemment ce procédé de compassion comme exutoire, pour ainsi se libérer et alors épancher leur douleur psychologique, c’est humain. Lorsqu’on succombe à ces environnements qui nous dirigent tout droit vers la résignation, c’est qu’on s’est abandonné aux idées et aux traitements des autres. Avoir de l’aide est souvent nécessaire et la confiance entre les gens peut et doit coexister, de plus elle se gagne, mais l’entière confiance, à mon avis, doit demeurer à sa place: chez soi.

Communiquer avec différents spécialistes de ce que vous voulez atteindre, par la suite faire part de ce que vous voulez à quelqu’un que vous reconnaissez avoir une bonne écoute et bon jugement auprès de vous, semble la meilleure approche reconnue.

Si vous ne demandez pas ce sera toujours non. “Dites bonjour au présent“

En troisième lieu: Recommencer à guérir

Prenons comme exemple le cancer et ce que nous en savons scientifiquement.

Le cancer apparaît à partir d’une seule cellule. La transformation d’une cellule normale en cellule tumorale est un processus passant par plusieurs étapes. Il y a classiquement une évolution vers une lésion précancéreuse puis vers une tumeur maligne. Ces modifications proviennent des interactions entre les facteurs génétiques propres au sujet et des agents extérieurs pouvant être classés en trois catégories:

  • les cancérogènes physiques, comme le rayonnement ultraviolet et les radiations ionisantes, la télétransmission de l’électricité
  • les cancérogènes chimiques, comme l’amiante, les composants de la fumée du tabac, l’aflatoxine (contaminant des denrées alimentaires) ou l’arsenic (polluant de l’eau de boisson);
  • les cancérogènes biologiques, comme des infections dues à certains virus, bactéries ou parasites.

Cet exposer qui tente de nous décrire ce qui cause le cancer est si plausible qu’il en est déconcertant. Si j’étais atteint d’un cancer ou de toute sortes de maladies (ce qui est ma situation), cet énoncé scientifique semble d’une si grande logique que lorsque je me retrouve en face d’une telle explication je deviens dans un mauvais état d’être, de plus, si je l’approuvais totalement et que je le mémorisait en moi, ma sensation première serait de m’abandonner entièrement à cette réalité et de m’en remettre qu’à la science médicale moderne tant que je n’y peux rien.

Pour continuer, si je me devais en plus de l’accepter puis de l’accueillir, je dois reconnaître que la tentation de m’y soumettre et de vivre avec m’inviterait à grand pas. Le danger à éviter il est ici, car une fois que nous avons décider de l’accueillir, nous commençons à ressentir une part de responsabilité face à son hébergement, une fois rendu à cette étape plusieurs personnes vont alors l’accepter et délibérément l’entretenir comme un compagnon, sans seulement une fois essayer de se reprendre sur la façon de l’avoir accueillie dans leurs pensées, une fois rendue là nous devenons ainsi captifs de la plus convaincante RÉSIGNATION.

Laissant le pouvoir de notre guérison qu’à d’autres, des signaux physiologiques naturels de notre organisme vont donc commencer par s’activer et alors protester, notre organisme démontrera qu’il n’est surtout pas en accord avec l’accueil de la nouvelle ainsi qu’à la façon de faire face à ces occupants importuns, donc il n’est pas étonnant de réaliser que tout notre organisme réagit. À ce moment, il nous renvoie des messages dont nous saurons détecter les indices, qui seront pour la plupart d’entre nous les étapes qui sont bien connues, par exemple la colère, la révolte, le déni, la peur, la combativité, l’acceptation et bien d’autres, étant fragilisés, c’est à cet instant que nous nous devons de réagir, c’est ce que j’interprète être dans une période d’être, une victime de soi.

Cette situation insoutenable qui vient bouleverser notre organisme et nos sens psychologiques n’aura pris naissance que lors de l’accueil, similaire à une réception où nous serions invité et qu’on nous avisait que tout et quoi y serait permis, à moins d’être à tendance suicidaire nous ne voudrions y aller. Pour notre corps en entier c’est pareil, il réagit et proteste à l’annonce de la nouvelle, qui au fait n’est jamais une nouvelle ferme de condamnation, à cette étape nous avons à faire des choix, ces choix agissent sur nous de façon considérable, c’est un avertissement qui ne plaisante pas et qui doit être pris en contrôle le plus tôt possible.

Voici un autre exemple, souvenons nous d’une situation envahissante que nous avons à peu près tous subis au moins une fois dans notre vie, celle où on se laisse séduire et qu’on y permet tout ou presque, que ce soit du côté financier ou lors d’une relation amoureuse, on doit s’attendre de vivre une grande déception un moment donné. Lorsqu’on s’est sortie de cette expérience une fois, pour pas retomber dans le panneau et se faire mal à nouveau, la fois suivante on anticipe un peu pour éviter la première, donc c’est qu’on a appris quelque chose d’important. Il n’y a pas de véritable respect dans l’entière permission.

Toute cette explication à la cause du cancer, est liée à des facteurs de reconnaissances multifactorielles et peuvent apparaître sur qui que ce soit, dans plusieurs cas, la façon d’aborder la nouvelle (entre le médecin et nous ou avec nos proches et amis) peut atténuer l’impact de l’emprise de maladie et peut rendre réversible les pronostiques attribués.

En conclusion, la première étape à suivre lors de l’annonce d’un cancer ou de toute autre maladie est de, prendre la décision d’aller mieux, (on ne peut pas rattraper le temps perdu mais on peut toujours cesser de perdre son temps), il est préférable de réagir le plus tôt possible et de faire face à l’hostilité de l’hôte, tout en étant accompagné de la médecine moderne, sans quoi de jours en jours la maladie s’installe pour être de mieux en mieux jusqu’au temps où elle se fera envahissante. Réagir et se défendre avec la plus sévère répulsion est déjà un très bon départ mais çà n’en finit pas là, démontrer à tous les jours et de façon significative à tout notre corps et à la maladie que nous allons procéder à des correctifs digne d’intérêt donne toujours de bons résultats, tout cela se fait aisément si la personne demeure optimiste, si cela est combiné à plusieurs de nos actions réalistes il s’y retrouve nécessairement un regain considérable vers la santé, il demeure important de démontrer que c’est nous qui sommes le propriétaire en entier du terrain, en réagissant de la sorte, avec toutes sortes d’approches, une meilleure chance vers des processus à la guérison pourra s’entamer (c’est en se dépensant soi-même que l’on devient riche). Ensuite, notre vie ne demande que de la continuer ou de l’entreprendre avec des approches plus ou moins différentes à celles d’autre-fois, puis de recommencer à vivre en se préservant naturellement du mal des maladies.

Si vous ne faites pas de pas en avant, vous resterez toujours à la même place. “Dites me voila avenir“

Faire face au soleil, quinze minutes par jour, voilà la meilleure source de combustible naturelle connue pour stimuler le système immunitaire!