DES SUPERS ALIMENTS

Le système immunitaire
Le système immunitaire est le grand défenseur de notre corps et certains nutriments sont capitaux pour le maintenir en santé. La consommation d’aliments riches en enzymes repose le corps en générant des nutriments, qui eux, serviront de carburant et d’éléments réparateurs pour le corps. La nature agit lentement mais profondément, la guérison par la nature se fait au jour le jour.
Toutes nos cellules, tissus, organes sont construits à partir des aliments que nous mangeons et de l’eau que nous buvons.
Un système immunitaire fort est important. Les aliments cuits et le stress en sont les grands ennemis. Il nous faut nourrir le système immunitaire avec du vert.

Les vitamines
Il existe des faits et des observations expérimentales qui prouvent hors de tout doute que lors de la germination des lentilles, des graines et des pousses, les valeurs nutritives des vitamines se multiplient jusqu’à 600 % de leur valeur nutritive initiale. Les propriétés nutritives s’accroissent et prolifèrent dans un délai de 72 heures par une explosion de vitamines, de protéines et d’acides aminés essentiels. Notons entre autres, les vitamines C, E, le complexe des B (y compris la vitamine B-12 que l’on retrouve dans le fenugrec) et l’augmentation de la teneur en carotène des céréales et des légumineuses.
La germination est une réponse à ce déficit en éléments nutritifs observés dans notre mode de vie et notre alimentation. En plus c’est une technique très économique et à la portée vraiment de toutes les bourses.

Démystifions maintenant ce qui est communément appelé supers aliments et établissons une liste plus exhaustive.

S’il fallait qu’on accepte tout ce qu’on trouve et entend dire au sujet des super aliments ainsi que la variété grandissante jour après jour, on finirait par croire que presque tout est un super aliment sauf le fast-food et certains produit congelés! Le terme est employé de plus en plus et est devenu une publicité à la mode utilisée par plusieurs qui sont à la recherche d’un super marché de consommateurs.

Permettez-moi de vous expliquer ce qui peut être considéré comme un aliment doté des qualités nécessaires pour porter le nom de super aliment, ce qui lui permettrait alors d’obtenir la permission, voir l’honneur de s’assoir à la table des supers.
En tout premier, un super aliment se doit toujours d’être intégrale et d’y privilégier la source biologique. Ensuite, pour qu’un aliment soit assez complet pour qu’on se permette de pouvoir endosser ce nom de «super», il se doit d’en être un qui soit capable de fournir à l’organisme humain beaucoup plus d’éléments essentiels et de substances énergétiques que tout autre, pour ainsi apporter les meilleures chances au rétablissement souhaité et donner la performance maximale à son utilisateur. Essentiellement, tous ces aliments doivent pouvoir êtres absorbés et assimilés en exigeant le moins d’effort possible au système digestif et ce, dans le but d’amener l’organisme en entier à sa performance ultime, et cela sans lui nuire outre mesure même s’il devrait être consommer pendant une vie entière.

Mais alors ça commence où et ça se termine où les super aliments?

Voici les sept supers aliments et deux décoctions que je considère musclés. Consommés de façon régulière ils peuvent nous aider à guérir et cela de façon différente pour chacun d’entre nous.
1- Algues (spiruline d’Hawaï-chlorelle-dulse-nori…)
2- Jus d’herbe de blé (blé dur roux d’hiver)
3- Champignons (Chaga-shitake-rheiki pleurote…)
4- Ail (biologique fraichement presser ou hacher)
5- Les jeunes pousses (Tournesol-sarrasin-radis-brocolli…)
6- Germinations (Lentilles-fenugrec-fèves mungs…)
7- Fines herbes (Basilic-romarin-menthe-coriandre-origan-thym-persil…)

Préparations musclées
8- Décoction de curcuma (Mélangé et dissout à chaud à de l’huile d’olive et poivre)
9- Décoction de thés (Thé vert japonais combiné au Pearl Jasmin et Pau d’arco)

Cependant ils ne sont pas tous des supers, c’est seulement dans certaines variétés qu’on en retrouve et qui sont qualifiés comme tel.

En réalité, nous pouvons facilement reconnaître que même si on consommait ces sept supers aliments et qu’ils sont les meilleurs des meilleurs, qu’on ne pourrait s’alimenter que de ceux-ci, car avec le temps, il pourrait y avoir un risque de carence alimentaire de certains minéraux, vitamines, protéines ou autres. Gardons toujours en mémoire que plus la variété d’aliments sains est grande, meilleures sont nos chances d’être en excellente santé longtemps.

Il est important de se rappeler qu’un aliment à lui seul ne peut être efficace dans dans la protection contre le cancer. Une consommation variée et constante de plusieurs aliments ayant un potentiel préventif ou curatif ainsi que le maintien d’un mode de vie sain sont des éléments essentiels.

Personnellement, je ne parviens pas à imaginer quelqu’un capable de se sentir heureux en ne se nourrissant que de cela; à mes oreilles j’entends murmurer, « on est loin de la pizza et du pâté chinois!» Au fait, quand j’y pense, j’ai déjà fait à quelques occasions de la pizza mi-cru-mi-cuit, garnie avec presque tous ces produits à la fois mis à part le thé… allez hop!, vous la retrouverez dans mes recettes.

Comprenons qu’il y a des centaines, voire des milliers de très bons aliments pour la santé et qui ne sont pas sur cette liste, parce qu’ils n’entrent tout simplement pas dans cet encadrement à la performance ultime. Les carottes, la bette à carde, les choux incluant les brocolis, l’eau de coco et plusieurs fruits, les baies de Goji sont d’excellents aliments à sélectionner, en fait il y en a beaucoup de très bons et de très très bons, mais ce serait sortir du principe fondamental de base que de les y inclure, il semble indispensable de les garder à leur place, à très bons. J’en ai fait une élaboration plus détaillée que vous pourrez retracer dans mon livre à venir.

Ces supers aliments ne remplacent pas la médication que vous a prescrit votre médecin, c’est avec le temps que vous pourrez voir une amélioration, ça se réalise tout en douceur. Le plus souvent, ce sont les personnes que vous côtoyez moins qui vont vous faire la remarque que vous avez l’air mieux, habituellement 3 à 12 mois semble le temps nécessaire. Cela dépend aussi de votre réponse au produit : s’il est combiné ou non avec une thérapeutique quelconque, si vous les utilisez avec assiduité, c’est de ces façons que vous pourrez observer une amélioration.(La guérison n’est pas un acquis, çà se construit!)

Par la suite, accompagné(e) de votre médecin si il y a lieu d’avoir un suivi, demeurant prudent, vous pourrez commencer à diminuer votre médication ou peut-être même la cesser complètement tout comme je l’ai fait. (Un médecin conventionnel à l’écoute et qui ne pense pas qu’à sa façon personnelle de procéder est un atout très important, ils ne sont pas tous ouverts aux médecines alternatives mais ils y en a de plus en plus…)

Votre réponse au produit sera reliée à des influences qui sont d’ordre multifactorielles, comme si c’est combiné ou non avec une thérapeutique quelconque, si vous les utilisez avec assiduité, si vos conditions de vies sont réajustées…(C’est en donnant d’abord à soi-même qu’on devient généreux!)

Voyez ici ce que procure chacun d’eux et la façon d’utiliser ou de fabriquer de manière efficace ces sept grands supers aliments. À la fin, en points 8 et 9, j’y ai ajouté deux décoctions musclées qui m’ont grandement aidé et qui peuvent contribuer à soigner des affections diverses. Grâce aux agents phytochimiques protecteurs qu’ils contiennent, ces aliments ont le potentiel de ralentir ou même freiner l’escalade évolutive de plusieurs maladies graves dont certains cancers.

1 : Les algues (aliment complet et détoxifiant)

Les plus populaires sont la chlorelle, la klamath, la dulse, le nori, le wakamé, l’aramé, la Laitue de mer et la kombu. Elles sont de la famille des alginates. Ensuite il y a la agar agar qui est particulièrement prisée pour tempérer l’appétit.

Ajoutées à des salades, des soupes, aux poissons, riz, couscous, aux jus et autres, les algues sont indispensables à une alimentation qui se veut complète. Leur apport de protéines est des plus intéressants surtout lorsqu’on veut diminuer les protéines de type animalières ou d’origine laitière. Elles fortifient le système immunitaire.

L’une d’entre elles, provenant du lac du même nom, est l’algue klamath. On dit qu’elle a la substance thérapeutique d’un grand avenir: la phényléthylamine, semblable au chocolat, stimule les neurotransmissions et augmente l’activité mentale, rendant ainsi les personnes plus alertes. Elle apporte des effets euphoriques semblables à ceux que nous vivons lorsque nous  sommes en amour, par contre, en cesser sa consommation brusquement nous ferait vivre une rupture amoureuse. Voici le genre d’allégations qui sont fréquentes et qu’il nous faut détecter puis ignorer, car elles n’ont aucune preuve scientifique, particulièrement parce que cette substance est immédiatement détruite par les acides lors la digestion.

Pour continuer sur des notes parvenant de documentations plus sérieuses, les algues sont réputées et connues par leur action détoxifiante, elles sont un des agents chélateurs des plus efficaces pour drainer les pollutions hors de notre organisme, tels que: métaux lourds, résidus de pesticides et substances radioactives.

La chlorelle et la spiruline sont pour leur part une micro algue, un micro-organisme nutritionnel très intéressant; pour les plus ou moins jeunes elles sont particulièrement facile à assimiler. (Un jus de pomme avec de la spiruline est délicieux)

La chlorelle est apparue il y a 2.5 milliards d’années. Selon les botanistes la chlorelle vulgaris fait partie des espèces pures. Une prise quotidienne de 2 à 5 grammes de chlorella a des effets significatifs sur la qualité de vie. À ce jour, la chlorella est la solution naturelle la plus efficace pour la dépollution de l’organisme, dépuratif et chélateur de métaux lourds, elle fixe les polluants tels que les produits chimiques comme la dioxine et les PCB.

2 : Le jus d’herbe de blé (aliment détoxifiant complet comportant un taux élevé de chlorophylle)

L’herbe de blé est un élément puissant et crucial pour permettre à un organisme de se détoxifier et se régénérer. En moyenne, sa concentration de chlorophylle est de 70%, difficile à surpasser, seulement deux onces fournissent la même quantité nutritive que deux livres et demi de jus de légumes biologiques les plus frais, souvenez vous, c’est un super aliment.

Pour commencer n’importe quel traitement curatif ou préventif il est de loin le meilleur élément naturel épuratif connu. Consommé de façon régulière, il apporte un tel bénéfice sur notre santé organique qu’il produit un petit choc physique dans ses premières utilisations. Il est trop important pour que vous passiez à côté, c’est la combinaison parfaite pour éliminer la majorité des toxines et métaux lourds qu’on accumule au fil des années, pour ainsi permettre d’exposer son système digestif et circulatoire à de nouveaux nutriments extrêmement vivifiants, son effet détoxifiant  procure une délivrance sur notre corps physique et psychique.

Pour amoindrir de façon non négligeable les effets secondaires de traitements aussi difficiles que la chimiothérapie ou de la radiothérapie, il est un incontournable au regain d’énergie. Le jus d’herbe de blé ne remplace pas les repas, il procure la totalité des éléments essentiels dans votre organisme sans presque rien lui demander en échange pour l’assimiler, il vous donne une vitalité accrue, c’est un véritable «big bang» de santé.

Personnellement, lors de mon expérience de radiothérapie de 68gray en 34 traitements consécutifs, j’en consommais en cette période environ quatre à huit onces par jour. Ces traitements ne m’ont pas empêché une seule journée de partir et aller faire mon travail à l’intérieur de mon entreprise; la course à pied et l’haltérophilie au centre d’entrainement physique se sont poursuivis comme à l’habitude, 3 à 4 jours semaine. Après l’entrainement une fois rendu chez moi, à tous les soirs je continuais mes recherches afin de trouver les moyens de me sortir de mes maladies et ma journée se terminait souvent après minuit, pour me lever sans difficulté à 6 hrs am à chaque matin. Je me suis même souvent posé la question à savoir si elle fonctionnait vraiment cette grosse machine à rayons gamma tant que j’étais énergique!

Les analyses faites en laboratoires ont révélé que la composition chimique du jus d’herbe de blé est ce qui se rapproche le plus de la structure chimique de l’hémoglobine du sang humain, si ce n’est pour seule différence que la chlorophylle contient un atome de magnésium et l’hémoglobine un atome de fer. Même sa structure physique le rapproche étonnamment, faites l’expérience d’extraire une poignée d’herbe qui a un taux suffisamment élever de chlorophylle, une seule goutte sur votre comptoir de cuisine vous convaincra, la goutte exposera une forme, une densité et une opacité similaire à celle du sang humain.

Nous pouvons mastiquer l’herbe de blé puis avaler le jus qu’elle procure, sans toutefois avaler l’herbe elle même car elle nous est indigeste, mais je dois dire que c’est plutôt désagréable à mastiquer. Il est préférable de vous procurer un extracteur à jus conçu spécialement à cet effet, et qui par bonheur vous permettra de faire d’excellents jus de légumes et de fruits frais.

Pour savoir où vous procurer un de ces appareils, allez voir la rubrique des références utiles ou sur internet, les modèles que je vous propose ont fait leurs preuves: le Omega 8003 ou 8004 ou 8005 ou 8006 pour ceux qui fonctionnent à l’électricité, le prix varie entre 250$ à 360$. Il y en d’autres qui sont très bons mais il faudra débourser de 500$ à 1500$. Pour débuter, il y en a des manuels et en métal mais quelque peu ardus à utiliser, force et volonté sont nécessaires pour leur utilisation, ils sont entre 125$ et 160$ mais ne sont pas conçus pour les légumes ou les fruits. Pour du long terme, évitez à tout prix ceux qui sont manuels et en plastique.

Vous pouvez faire pousser l’herbe de blé chez vous à la maison en allant voir l’onglet «conseils utiles»

3: Les champignons  (Les boucliers du système immunitaire)

Faibles en calories et sans graisses, pas de cholestérol, cet aliment très pauvre en sodium contient de bonnes sources d’antioxydants, de minéraux essentiels, et des vitamines, ils sont uniques, ils sont la seule source de vitamine D qu’on retrouve dans le rayon des fruits et légumes. 

Voici une recherche croisée et partagée avec plusieurs chercheurs et scientifiques:

En Décembre 2010, l’Institute of  Médecine du Mushroom Council de Californie a publié les résultats de son examen de 24 mois sur les apports nutritionnels de référence pour la vitamine D et le calcium. Les recherches sont croisées et partagées avec plusieurs chercheurs et scientifiques : Shiuan Chen, Michael Chen, Michael Holick, Mona Clavo, et Laurent Cheskin, directeur du ” Johns Hopkins Weight Management Center”, qui a d’ailleurs présenté sa recherche sur l’utilisation des champignons comme un substitut efficace pour les viandes.

Bien que de nombreuses études doivent encore être réalisées, les champignons sont médicalement reconnus comme efficaces et sont connus pour quelques-uns comme de puissants combattants en renforçant notre système immunitaire contre la maladie.

Les champignons agiraient en augmentant l’activité immunitaire et le nombre de cellules immunitaires dans la défense contre les infections virales et le cancer. Ils ont aussi démontré des effets protecteurs contre les maladies cardio-vasculaires, en aidant les patients afin d’éviter une rechute ou une aggravation de leur pathologie.

Avec leurs vitamines et leurs minéraux, les champignons auraient aussi des effets bienfaisants contre le diabète de type II, et des propriétés anti-inflammatoires.

Cordyceps, Cogmelo de Deus, Agaricus, Coriolus versicolor…

Dans la région montagneuse de Sao-Paulo au Brésil, une partie régulière du régime alimentaire des populations locales a été basée essentiellement sur un champignon connu sous le nom “Cogmelo de Deus” ou “champignons de Dieu”. Des chercheurs ont noté que les autochtones étaient extraordinairement en bonne santé, qu’ils attribuent à la consommation de ce champignon. Retrouvé aussi sous le nom de “Agaricus”. Le nom scientifique de ce champignon est “Blazei Murrill” (???), plus communément appelé le champignon ABM. Puissant champignon, il est utilisé souvent dans une recette à base de plantes utilisée comme ingrédient principal dans les suppléments à base de plantes qui ont été crédités avec succès contre le cancer et d’autres maladies dans le monde entier.

Un autre champignon puissant, le Coriolus versicolor. Ce champignon aurait des vertus pour la leucémie aiguë ainsi que des cancers de l’estomac, l’œsophage, du côlon et du poumon.

Le Shiitake, un champignon asiatique retrouvé dans de nombreux plats chinois ou japonais, aurait la vertu de baisser le cholestérol et améliorer la fonction du système immunitaire. Les Shiitakés seraient aussi bénéfiques dans la prévention de l’hypertension artérielle et des maladies cardiaques, pour le contrôle de la cholestérolémie. Il construirait une résistance contre les virus et lutterait contre les maladies comme le Sida (VIH) et les cancers.  Les Shiitakés sont souvent disponibles déshydratés ou frais. Savoureux lorsqu’il est utilisé dans la cuisine, son utilisation devient de plus en plus présente notamment avec l’effervescence des magasins de produits Bio. Si vous ne trouvez pas les champignons “Shiitake” frais, ils sont également disponibles en supplément alimentaire, et sous forme déshydratée, ce qui reste tout de même pratique et plus simple à conserver selon la période de l’année.

Le Maiitake (ou Maitake) est un champignon riche en bêta-polysaccharide (polymères) composé de 1,6 glycanes, qui stimulent naturellement le système immunitaire et abaisse la tension artérielle. Le Maiitake serait donc bénéfique pour les patients diabétique et contre l’obésité, et plusieurs études en cours l’analysent pour de possibles vertus pour la lutte contre le cancer.

Le champignon Reishi pourrait augmenter la production de peptides (un polymère d’acides aminés), nommés aussi “interleukines”, qui ont des effets directs sur l’inhibition de la croissance tumorale. Le Reishi peut avoir un certain nombre d’autres effets positifs sur le corps comme analgésique, anti-inflammatoire, anti-oxydant, anti-viral et cardiotonique.

Le Cordyceps est un genre de champignons ascomycètes et certains de ses membres y compris les mycéliums de Cordyceps sont couramment utilisés en phytothérapie. De nombreux journaux en parlent régulièrement, et ce champignon fait aussi parler de lui à cause de malversations ou de tromperies autour de sa vente et de ses vertus (son tarif étant très élevé).  Les espèces les plus populaires retrouvés dans les produits commerciaux sont les “Cordyceps sinensis”, et “Cordyceps militaris”, qui est un ingrédient traditionnel à base de plantes fréquemment utilisés pour tonifier et à des fins médicinales en Asie de l’Est particulièrement. Le “Cordyceps sinensis” posséderait des vertus anti-tumorales, immuno-stimulantes et des activités antioxydantes. Le Cordyceps favoriserait aussi la santé du foie et a des effets anti-diabétiques. Des chercheurs de l’Université de Macao ont isolés un polysaccharide de Cordyceps culture, en remarquant une forte activité antioxydante et un effet hypoglycémiant. Des chercheurs coréens ont rapporté des effets cytotoxiques sur les cellules leucémiques. A Hong Kong, des chercheurs ont démontré que ce champignon aurait une forte activité anti-tumorale sur le cancer du sein et qu’il aiderait le corps à se défendre contre les infections et l’inflammation immunitaire. Des chercheurs de Taiwan ont remarqués des effets stimulants d’extraits de “Cordyceps sinensis” sur la sécrétion de testostérone et des effets bénéfiques sur la formation de la lésion d’athérosclérose induite par le stress oxydatif avec peu d’effets secondaires.

Un autre champignon bien connu en Asie, le Isaria sinclairii a été récemment utilisé dans l’élaboration d’un traitement contre la sclérose en plaques (SEP), en se basant sur des travaux  sur ce champignons initialement débutés à l’Université de Kyoto (Japon) au début des années quatre-vingt par le professeur Tetsuro Fujita.

Le Chaga,  une latinisation du terme russe « yara », (Inonotus obliquus, communément connu sous le nom vernaculaire de Polypore cendré de la famille Hymenochaetaceae) , moins célèbre que Reishi ou Shiitake mais des plus exceptionnel, il pousse en été comme hiver dans les forêts de bouleau de Russie, de Corée, dans l’Est de l’Europe du Nord et dans les régions du Nord des États-Unis, dans les montagnes en Caroline du Nord et au Canada. Il est principalement parasite du bouleau jaune ou blanc fragilisés, solidement attaché à son hôte, il va inexorablement l’affaiblir jusqu’à ce que mort s’en suive. Si vous promenez en forêt tout en étant quelque peu observateur, à l’occasion vous pourrez en retrouver, il vous suffira d’un bon marteau et d’un petit pied de biche pour l’en détacher. 

  Le principal composé contenu dans le Chaga est le lanosterol-type triterpenes, relié à l’inotodiol. Les autres composés sont la bétuline, les polysaccharides et la lignine soluble. Le chaga est reconnu pour traiter l’influenza, l’arthrite, les problèmes de peau, les ulcères d’estomac, le diabète, le cancer.

Avec une apparence proche du charbon, comme si une tumeur sortait de l’arbre et qu’il avait été brulé, son apparence peu invitante ne fait de lui qu’un des meilleurs de son espèce. Derrière son aspect peu flatteur, se cache des vertus d’exception. Le chaga se démarque grâce à ses propriétés fortifiantes, il agit en effet comme anti-inflammatoire et inhiberait certaines tumeurs cancéreuses. Il est réputer d’abaisser la tension artérielle et le taux de glycémie, ce qui revêt un intérêt marqué dans le cadre de traitements destinés aux diabétiques. Les polysaccarides que ce champignon contient sont la principale source de ses bienfaits, ceux-ci contribuent à la prévention des maladies de type dégénératives ainsi qu’à la régulation des fonctions immunitaires. La croûte noir qui recouvre le chaga est de la mélanine qui pour sa part procure un antioxydant non négligeable.

Il y a des registres datant du XVIe siècle qui démontre l’utilisation du chaga dans la médecine traditionnelle de l’Europe de l’Est pour guérir des cancers, gastrites, ulcères et tuberculoses. En 1958, des études scientifiques en Finlande et en Russie on fait la découverte que le chaga apporte des effets marquant sur les cancers du sein, du foie et de l’utérus, en plus de l’hypertension et du diabète. Des études datant de 2010 démontre qu’il possède des composants actifs d’antioxydants, anti-inflammatoire, anti-allergique, immuno-stimulant et anti-tumoral. Malheureusement, le chaga est un super champignon qui est restreint a vivre dans des endroits de grand froid et il pousse très lentement. Nous ne pouvons donc pas se fier à ce champignon pour apporter suffisamment de ces composants bioactifs. Des tentatives de le cultiver ont déjà été effectué, mais il fut constater que la plupart des tentatives pour le cultiver ont abouti à un appauvrissement des métabolites bio actifs.

Le chaga se consomme de trois façons. Sois en le râpant en fine poudre et en le faisant  bouillir pour avoir un breuvage ressemblant à du café, il a une saveur proche du sirop d’érable. Sois en faisant une infusion d’au moins 48 heures que l’on peut boire chaude ou froide. Ou encore, être consommé cru, à la façon amérindienne en le mâchant comme du tabac. Par contre, de cette façon, il n’est pas être entièrement digéré, il y a donc une perte importante des éléments actifs. Pour avoir les effets médicinaux du chaga, une extraction par infusion est requise. Si vous promenez en forêt tout en étant quelque peu observateur, à l’occasion vous pourrez en retrouver, il vous suffira d’un bon marteau et d’un petit pied de biche pour l’en détacher. 

·                                 Immunothérapie

·                                 Lentinus Edodes (shiitaké)

·                                 Grifola Frondosa (Maïtake)

·                                 Agaricus Blazei

·                                 Ganoderma Lucidum (Reishi)

·                                 Coriolus Versicolor

·                                 Cordyceps sinensis

·                                 Polyporus Umbellatus

·                                 Phelinus Linteus (Meshimakobu)

·                                 Inonotus Obliquus (Chaga)

·                                 Flammulina Velutipes Enokitaké

·                                 Les pleurotus (pleurotes)


Tous les champignons de la nature ne sont pas consommables par l’Homme. Il est indispensable d’avoir l’avis d’un professionnel de la santé dans le cas d’une consommation de compléments alimentaires à base de champignons.

Les champignons sont disponibles sous plusieurs formes et il est préférable de ne pas consommer des produits qui ne seraient pas certifiés par les autorités de santé du pays dans lequel vous résidez.

Il peut y avoir des effets secondaires majeurs causés par les champignons, et dans le cadre d’une consommation sous forme de compléments alimentaires (comme les ampoules SuperDiet Shitake Bio, etc.) un dosage de consommation des champignons comme un supplément est recommandé entre 400 – 600 mg / jour.

Pour plus de détails au sujet du champignon chaga visiter le site: champignon-contre-metastase.e-monsite.com/

4: L’ail  (L’antibiotique par excellence)

Votre garde-corps 24 heures sur 24. La condition essentielle, consommer une gousse d’ail frais pressé par jour pour ce qui concerne la prévention, et pour ce qui est d’ordre curatif, un maximum de six gousses d’ail par jour est suggéré. Néanmoins, attention aux excès, elle peut entraîner des brulures gastriques, aussi, en application locale, si elle n’est pas bien utilisée, elle peut provoquer des nécroses sur la peau.

Ce qui est important à savoir, c’est que l’allicine qu’on obtient à partir de l’ail ne se produit que lorsque l’alline et l’allinase sont mis en contact, n’étant donc pas présente naturellement dans le bulbe, ce mélange des deux substances qui produiront l’allicine n’arrive lorsque le bulbe d’ail est broyé. L’ail conservée dans l’huile, le vinaigre, ou la fleur d’ail peut sembler pratique mais peu recommandée, car une quantité significative et intéressante d’allicine se retrouve presque uniquement dans l’ail cru fraichement coupée et broyée. Lorsque l’ail commence à germer on obtiendra trois fois moins d’allicine. L’ail se conserve à température pièce, de plus dans cette condition elle germera moins rapidement.

Lorsqu’on écrase ou hache de l’ail, il se produit  la formation instantanée de l’aillicine (Allium sativium), qui est  scientifiquement reconnue comme étant un antibiotique naturel, un anticoagulant, un antibactérien.

Toujours pas officielle mais qu’on rapporte vraisemblable, on ne peut qu’admirer cette liste de ses pouvoirs protecteurs qui sera sans doute bientôt reconnus de la science moderne.

- antiviral, 
- antifongique, 
- antiparasitaire, 
- anti-tumoral, 
- antioxydant, 
- anti-inflammatoire, 
- antiseptique, 
- hypoglycémiant, 
- vermifuge, 
- diurétique, 

Vous l’avez compris, c’est l’allicine qui procure les bénéfices si remarquables de l’ail, mais il est important de savoir que la cuisson la détruit. L’enzyme que l’on retrouve dans l’ail et qui permet la formation de l’allicine ainsi que des autres composés sulfurés est désactivée par la chaleur. Les propriétés de l’ail cru sont de loin supérieures à celles de l’ail cuit. Pour y remédier, ajoutez l’ail à la toute fin de la cuisson ou mieux, directement dans votre assiette.

Il est riche en acides animiques, germanium, calcium, cuivre, zinc, potassium, magnésium, sélénium, zinc, vitamines A, B 1 et C, des acides gras essentiels (Vitamine F) et des douzaines de composés antioxydants…

Ail et Cancer : C’est dans le domaine du cancer que l’ail semble remporter ses plus grandes victoires. Selon plusieurs revues médicales (American Chinese Medecine, Science, Journal of Urology), l’ail peut réduire les tumeurs même malignes. 
L’ail augmente le taux de combativité du système immunitaire pour protéger notre système, notamment dans certains types de cancer comme celui du sein, de l’estomac, du côlon et de la peau. 
Le Dr Benjamin Law, professeur au département de microbiologie de l’Université de Loma Linda, école de médecine de Californie, affirme que l’ail diminue la progression de champignons parasites et aide à détruire les cellules cancérigènes. 

Il est important de se rappeler qu’un aliment à lui seul ne peut être efficace dans dans la protection contre le cancer. Une consommation variée et constante de plusieurs aliments ayant un potentiel préventif ou curatif ainsi que le maintien d’un mode de vie sain sont de éléments essentiels.

L’ail contient de l’adénosine, qui va tout naturellement jouer un rôle de vasodilatateur, de surcroît, on y retrouve des prostaglandines qui permettent de fluidifier le sang. Baissant sensiblement la tension artérielle, il participe à éviter des infarctus ainsi que les accidents vasculaires.

Précautions

Interactions avec certains médicaments

Les extraits ou suppléments d’ail interagissent avec certains médicaments qui éclaircissent le sang ou qui ont un effet anticoagulant. De la même manière, la consommation de quantités excessives d’ail frais durant la prise de certains médicaments anticoagulants pourrait entrainer un effet additif, augmentant ainsi les risques de saignements. De plus il est conseillé d’éviter de consommer de l’ail avant une chirurgie afin de diminuer les risques de saignements prolongés. Finalement, chez les personnes prenant des médicaments hypoglycémiants, la consommation de grandes quantités d’ail pourrait accentuer l’effet de ces médicaments. De façon générale, la consommation de moins de 4g d’ail (l’équivalent d’une gousse d’ail) par jour semble prudente afin d’éviter toute interaction néfaste.

Les chercheurs affirment que les personnes hypertendues doivent consulter leur médecin avant d’entreprendre un traitement à l’ail, puisqu’il pourrait entrer en interaction avec leurs médicaments.

 

Effets secondaires de l’ail:

L’ail peut modifier le goût du lait maternel, les femmes qui allaitent devraient donc surveiller leur consommation d’ail durant cette période.

La consommation d’une quantité élevée et régulière d’ail pourrait modifier le glucose sanguin, les personnes diabétiques devraient y porter une attention particulière.

Une consommation excessive d’ail cru, particulièrement lorsque l’estomac est vide, peut causer des désordres intestinaux: l’ingestion d’une à deux gousses d’ail par jour s’avère une dose sûre pour un adulte.

N’importe laquelle bête amoureuse pourrais prendre ses distances de vous à la suite à d’une consommation d’ail frais.

 

5: Les jeunes pousses (De l’énergie vivante à profusion, radis, brocoli, luzerne,etc)

Pousses de tournesol
Pour augmenter la quantité de vitamines et protéines de vos sandwichs, ces pousses sont considérées comme un aliment complet, dans vos salades ou tout simplement pour les consommer lors de la collation, les pousses de tournesols sont un classique et font partie de l’alimentation vivante. Croquantes, délicieuses et agréables à manger, elles nous font sortir de la routine alimentaire en nous apportant la fameuse chlorophylle. Craquantes quand elles sont fraîches, les enfant les adorent, avec eux on n’en a jamais suffisamment.
Vous pouvez les faire pousser chez vous à la maison en allant voir la rubrique des «supers aliments» : comment faire pousser de pousses de tournesol ou en allant consulter celle des «références utiles».

Pousses de sarrasin
Le sarrasin fait partie des autres pousses intéressantes pour agrémenter une salade ou un sandwich tout en apportant des vitamines et minéraux différents et essentiels pour une santé optimale, ces pousses font partie de l’alimentation vivante. Pleines de chlorophylle et riche en bioflavonoïdes, elles sont souples et simplement délicieuses, elles contiennent les acides aminés parmi les plus importants. Ces pousses redonnent du tonus et de la souplesse aux vaisseaux sanguins et aident considérablement le métabolisme à mieux s’oxygéner, ce qui vous permet de respirer plus librement. Vous pouvez les faire pousser chez vous à la maison en allant voir la rubrique des supers aliments: comment faire pousser de pousses de sarrasin, ou en allant consulter celle des: références utiles sur ce site.

Pousses de pois verts Les pois verts constitues: Texte en préparation

6 : Germinations (Aliments complets des plus nourrissants)

La générosité nutritive des germinations prend naissance avec le contact de l’eau, il est important de comprendre les bienfaits qu’elles apportent à notre système lorsque nous les consommons.

Parce qu’on sait que la vie engendre la vie et que toute matière a des mouvements vibratoires, de l’énergie et son électricité propre, nous pouvons alors considérer que si le corps est nourri avec un aliment vivant et parce qu’il est en agitation, qu’un transfert d’énergie se fera inévitablement lorsqu’on s’en alimente, augmentant ainsi nos réserves et nos capacités biologiques. Grâce à ce transfert de résonance vibratoire, ces aliments nous sauvegardent et nous éloignent de la maladie parce qu’elles s’opposent aux vibrations basses lors de la maladie.

Une fois qu’elles ont été mises en contact avec de l’eau elles augmenteront jusqu’à 600% leur pouvoir énergétique. Faciles à préparées, voici les plus populaires : les lentilles brunes ou vertes, les fèves Mungs, les fenugrecs et la luzerne.

Leur préparation est fort simple: 1/4 de tasses dans un pot Mason, ajoutez de l’eau jusqu’au 3/4 du bocal et laissez les baigner 8 heures…….

7 : Les fines herbes (Des saveurs, des odeurs, des vitamines et minéraux uniques, c’est le sel de la terre)

Basilic, camomille, thym, coriandre, persil, romarin, menthe, la liste est longue…

Antioxydantes avec des saveurs incomparables pour chacune d’entre elles, on en trouve toujours plus d’une à son goût. Les avantages qu’elles ont sur les thés, sont que les fines herbes n’empêchent pas les protéines d’êtres assimilées lorsqu’on les consomme en même temps ou rapprochées d’un repas. De plus, lorsqu’elles sont fraîches et encore bien odorantes, elles vont agir sur nous de façon toute naturelle pour nous faire diminuer notre consommation de sel, et par surcroît finir par nous en débarrasser. Le sel est un destructeur d’artères qui apporte jour après jour un lot incroyable de victimes.

Le basilic stimule la production et l’activité des lymphocytes et joue un rôle important sur le système immunitaire. En fait, chaque sorte des fines herbes a ses particularités nutritives qui lui sont propres et qu’on ne retrouve pas dans plusieurs autres aliments. La grande quantité de Flavonoïdes qu’elles contiennent inhibent de façon considérable l’angiogenèse tumorale (la formation de nouveaux vaisseaux sanguins alimentant une tumeur). De plus, mentionnons que les fines herbes présentent chacune d’entre elles des odeurs stimulantes, fortes et particulières, elles procurent ainsi un effet non négligeable car elles sont considérées aromathérapeutiques. Pour toutes ces actions, nous pouvons classifier les fines herbes avec les supers aliments.

Des préparations musclées

Les produits sélectionnés que vous retrouvez ici sont offerts à titre de compléments importants à une alimentation qui se veut d’abord reconstructrice et curative, et par conséquent saine et préventive.

Ils ne remplacent pas la médication que vous a prescrit votre médecin, c’est avec le temps que vous pourrez voir une amélioration, ça se réalise tout en douceur. Le plus souvent, ce sont les personnes que vous côtoyez moins qui vont vous faire la remarque que vous avez l’air mieux, habituellement 3 à 12 mois semble le temps nécessaire, c’est selon votre état de santé. Cela dépend aussi de votre réponse au produit, s’il est combiné ou non avec une thérapeutique quelconque, si vous les utilisez avec assiduité, c’est de ces façons que vous pourrez observer une amélioration. Par la suite, accompagné(e) de votre médecin si il y a lieu d’avoir un suivi, prudemment, vous pourrez commencer à diminuer votre médication ou peut-être même la cesser complètement tout comme je l’ai fait. (Un médecin conventionnel à l’écoute et qui ne pense pas qu’à sa façon personnelle de procéder est un atout très important, ils ne sont pas tous ouverts aux médecines alternatives mais il y en a de plus en plus…)

Voyez la façon de fabriquer ou d’utiliser de manière efficace les deux décoctions qui contribuent à soigner des affections diverses.

8 : Sauce huile d’olive et curcuma (Jaune Soleil)(antioxydant et anti-inflammatoire efficace)

Sauce huile d’olive et curcuma (antioxydant et anti-inflammatoire efficace)
Cette sauce remarquable est un baume pour palier à différents problèmes de santé, tout particulièrement utilisée pour combattre ou faire régresser de façon notable l’inflammation chronique, ce qu’occasionne particulièrement tous les types d’arthrite ou la polyarthrite, les maladies inflammatoires de l’intestin telle la maladie de Crohn, arthrose, diabète, fibromyalgie, Alzheimer, sciatique, maladies auto immunes, tous les cancers quels qu’ils soient. Lorsque consommée de façon régulière, cette sauce procure sur le système digestif une mince barrière protectrice, ce qui aide aux intestins de se prémunir contre des polypes intestinaux ainsi qu’à les régénérés, c’est l’aliment de prédilection pour se protéger contre toutes sortes d’affections de type inflammatoire.

En plus de contenir des flavonoïdes et des composés phénoliques, elle contient la curcumine qui pour sa part est un puissant antioxydant. Dotée de la substance CNB-001 qui démontre des mécanismes protecteurs sur des tissus cérébraux, elle contribue à régénérer les tissus endommagés au niveau moléculaire, comme lors d’une attaque cérébrale ou devant un diagnostic d’Alzheimer. Malgré que cette  que cette molécule semble se dissoudre trop rapidement pour se rendre au cerveau, il y a tout à gagner de diluer à chaud du curcuma poivré dans le but de le lier avec  l’huile de coco, qui pour sa dernière parvient aisément à passer par les circuits qui nourrissent et entretiennent notre cerveau.

La curcumine est sensible à l’anhydride sulfureux ou sulfites, le composé (E220) qui sont des pièges à oxygène, destructeur de vitamine B1, qui pour sa part est responsable de la circulation de l’énergie dans le corps et de l’assimilation des glucides. À des niveaux supérieurs à 100 ppm la curcumine est peu stable, pareillement lorsqu’elle est exposée à la lumière. Pour en bénéficier, il est impératif d’éviter les sulfites, il y en a beaucoup dans les moutardes, les ketchups, les charcuteries, les fruits séchés,  les vins, dans les jus de fruits industrialisés sauf les jus d’oranges.

Consommée de façon régulière, l’extrait de curcumine qu’elle contient est en quantité assez importante pour accélérer le rétablissement de presque tout l’organisme d’une façon significative. Ajoutez cette sauce à vos salades, au saumon ou du flétan ou dans vos recettes et n’oubliez pas d’y ajouter le jus de 1/2 citron par personne; toujours utiliser un citron frais pressé, car il est bien important qu’une quantité de vitamine C encore active y soit présente si ce n’est pour permettre une meilleure assimilation. Si cela convient à votre repas, vous pouvez combiner sinon remplacer le citron par des poivrons rouges, jaunes, oranges, ou des kiwis, car ceux-ci contiennent aussi beaucoup de cette vitamine.

Pour conserver les propriétés antioxydant de l’huile d’olive et du curcuma, il est préférable de les protéger de la lumière, soit par un linge, dans une armoire sombre, ou dans des contenants teintés ou opaques.
Vous pouvez la commander ici: richardgarneau57@gmail.com
Délai de livraison: 7 jours
Durée de vie à la température pièce: 12 mois

Voici la façon de fabriquer cette huile

Ingrédients:

400 ml d’huile d’olive bio première pression à froid
7 cuillères à thé de curcuma bio
¼  de cuillère à thé de poivre noir moulue
3 cuillères à table d’algues Dulse en flocon (facultatif)
¼ à ½ de jus de citron frais pressé par portion
1/2 à une cuillère à thé de Bragg Aminos ou de Tamari (au goût)

Dans un bocal de verre du genre pot Mason pouvant contenir 500 ml, versez-y 400 ml d’huile d’olive, le curcuma et le poivre, déposez le bocal en position debout et sans couvercle dans un contenant (une casserole sinon un chaudron ou une lèche-frite allant au four fera l’affaire), déposez au four et allumez le à 250 à 300 degrés Fahrenheit, le temps nécessaire pour que l’huile atteigne la température de 195 à 205 degrés Fahrenheit. (Environ 45 minutes à une heure, c’est selon la quantité et le rendement du fourneau)

Pour stimuler le curcuma à libérer de façon plus considérable la précieuse curcumine, une fois que l’huile est chaude, remuez tout délicatement 2 ou 3 fois le fond du bocal à l’aide d’une fourchette ou tout autre ustensile en acier inoxydable, tout en faisant attention de ne pas vous brûler, puis à l’aide d’un thermomètre, assurez-vous que la température de l’huile soit maintenue à plus de 200 degrés Fahrenheit pour une période d’au moins 5 minutes, soyez sans crainte l’huile et les composants du curcuma résistent très bien à cette température, ils ne seront donc aucunement détériorés.

Une fois terminé, laissez refroidir au moins trois heures, sortez le bocal du chaudron et ajoutez les algues et le Brag Aminos ou le Tamari au goût. Votre huile est maintenant prête à être utilisée, vous devrez la remuer à chaque utilisation, demeurez prudent car elle tache presque tout ce qu’elle touche, pour contrer les problèmes des gouttes qui pourront s’échapper accidentellement du bocal, déposez le bocal dans un plus grand pot en plastique où vous y aurez déposer un essuie tout au fond . Pour mieux en bénéficier, il est important d’y ajouter le jus d’un citron frais pressé, grâce à la grande quantité de vitamines C que le citron renferme, c’est un atout essentiel pour optimiser son absorption, n’oubliez pas, un citron toujours frais pressé dans votre assiette, il ne faut surtout pas mettre de citron dans votre bocal, car la vitamine C naturelle est sans nul doute la plus efficace mais elle se détériore très rapidement. Si cela convient à votre repas, vous pouvez combiner sinon remplacer le citron par des poivrons rouges, jaunes, oranges, ou des kiwis, car ceux-ci contiennent aussi beaucoup de vitamines C.

Pour conserver les propriétés antioxydant de l’huile d’olive et du curcuma, il est préférable de les protéger de la lumière, soit par un linge, dans une armoire sombre, ou dans des contenants teintés ou opaques.

9 : Infusion de thé Vert, thé Pearl Jasmin et Pau d’Arco

En raison de sa forte teneur en cathéchines et des polyphénols présents en grandes quantités, boire du thé vert est de plus en plus recommandé.

Ces composants, puissants anti oxydants qui s’opposent aux effets des radicaux libres, diminueraient les risques cardio vasculaires en raison de leurs effets cardio protecteurs.

Les catéchines pourraient également avoir un rôle dans la prévention de la maladie d’alzheimer.

D’autre part, boire du thé vert diminuerait également les risques de cancer colo rectal, cancer de la vessie et cancer de la prostate.

Il est conseillé de boire 3 à 6 tasses de thé vert par jour, de préférence en dehors des repas car le thé vert empêcherait l’absorbions du fer. Y ajouter du lait place ses composés préventifs ou curatif en situation d’échec , car la protéine de lait de vache, la caséine, empêcherait les catéchines d’agir.

La consommation de thé vert n’est pas indiquée chez les personnes souffrant d’insuffisance en fer ou ayant un besoin important de fer, comme les femmes enceintes. Comme ce l’est pour la plupart des thés, le thé vert contient de la caféine, il ne devrait être consommé avant d’aller dormir.

Utilisez du thé vert frais, si possible ne pas prendre en sachet ni en poudre, car ils sont souvent de moindre qualité car ceux-ci proviennent des résidus lors de la manipulation et de la transformation des feuilles. Parce le Japon utilise moins ou peu de pesticides, il constitue un meilleur choix. Vérifiez toujours la date de péremption, car les composants bénéfiques du thé vert ne sont que de six mois.

Utilisez du Pau D’Arco frais, pas en gélules ni en sachet. Décoction: 3 à 6 c. à soupe de morceaux d’écorce déchiquetés pour un litre d’eau, coupez ou diminuez votre portion en deux si vous voulez le combiner au thé vert ou Pearl Jasmin. Porter à ébullition et ensuite réduire la température pour laisser mijoter l’eau durant 15 à 20 minutes. Boire dans la journée en le combinant à vos breuvages de thé vert ou Pearl Jasmin

On attribue de nombreuses propriétés au Pau d’Arco: anti-infectieux, antiparasitaire, anti-inflammatoire, antifongiques, antibactériennes et antiparasitaires et même anti-cancer.

Le Pau d’Arco ne doit pas être utilisé par la femme enceinte ou allaitant. Ne pas utiliser chez les enfants de moins de 12 ans.

Le traitement ne doit pas dépasser 1 mois, mais il faut le faire durer au moins trois semaines 3 semaines. Les effets secondaires d’une consommation trop élevée de Pau d’Arco peuvent être des saignements ou hémorragies et des nausées et vomissements.

Vous pouvez remplacer le thé vert par du thé Pearl Jasmin, selon quelques recherches il serait 20% plus efficace.

 Le thé vert est réputé pour prévenir ou quelques fois aider certaines personnes atteintes par le cancer, semble 20% plus efficace lorsqu’il est combiner au thé Jasmin. Ajoutez votre thé à une infusion le Pau d’Arco qui est lui aussi un puissant remède contre l’inflammation et le cancer et vous obtiendrez ainsi une puissante combinaison pour contrer ou ralentir un cancer et d’autres affections.

Ma façon de procéder est celle ci: Je dépose dans un chaudron 2 cuillères à thé de Pau D’Arco, j’ajoute 1 litre d’eau, une fois à ébullition je diminue l’intensité du feu et le laisse mijoter 15 minutes. Ensuite je laisse reposer l’eau plus ou moins 15 minutes, l’objectif est que la température de l’eau baisse à environ 160% Fahrenheit. J’utilise une cafetière de style Bodum et y dépose 1 cuillère à thé de thé vert, ou de Pearl Jasmin, verse alors l’infusion de Pau D’Arco qui se liera au thé vert à la température idéale pour ne pas SURCHAUFFER les composants bénéfiques du thé.

Si après avoir bu votre breuvage vous remarquez que vous avez une sensation râpeuse dans la gorge, la prochaine fois, mettez y un peu moins de Pau d’Arco!